• En effet.

    Mais je pense que nous pouvons faire confiance à Elon Musk, l'homme qui est appelé à gouverner la planète Mars, ainsi que l'avait prédit Wernher von Braun, le nazi visionnaire concepteur des V2 et des fusées Saturn, devenu collaborateur de Walt Disney par la magie de l'opération Paperclip, dans son livre prophétique Project Mars :

    Le gouvernement martien était dirigé par dix hommes, leur chef étant élu pour cinq ans par suffrage universel et recevant le titre d' « Elon ». Deux chambres parlementaires votaient les lois qui devaient être appliquées par l'Elon et son gouvernement.
    ~ Wernher von Braun, Project Mars, p. 177

    Oui, la voiture de l'espace est bien réelle. Tout autant qu'Elon Musk.


    2 commentaires
  • Alors que le clip d'un obscur rappeur, fils de diplomate camerounais, appelant à « pendre les blancs » est relayé massivement par l'ensemble des médias, il m'a semblé opportun de contextualiser quelque peu ce type d'agitation, exemple classique du principe « diviser pour mieux régner », en vous proposant cette traduction d'un extrait de l'ouvrage The Ugly Truth about the ADL, publié par l'Executive Intelligence Review du controversé Lyndon Larouche.

    L'ADL (Anti Defamation League, Ligue Anti-Diffamation) est le bras armé du B'naï Brith, une organisation juive calquée sur les loges maçonniques. Le nom original de l'ADL est d'ailleurs « ADL du B'naï Brith ». D'après Wikipedia, l'ADL est une ONG « dont le but premier est de soutenir les Juifs contre toute forme d'antisémitisme et de discrimination, par tous les moyens légaux possibles et des campagnes d'information et de sensibilisation. » L'extrait qui suit montre que l'ADL use parfois de moyens qui ne sont pas toujours très « légaux », que ses « campagnes de sensibilisation » peuvent à l'occasion prendre un tour surprenant, et qu'elle n'hésite pas à se servir d'alliés pour le moins inattendus — ici, les Chevaliers Blancs du Ku Klux Klan.

    salut gamin

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • ➤ La CIA recrute

     

     

    « Les agents de la CIA travaillent en tant que scientifiques, personnel d'appoint, ingénieurs, économistes, linguistes, mathématiciens, secrétaires, comptables, inventeurs, cartographes, architectes, psychologues, agents de police, rédacteurs, designers graphiques, mécaniciens automobiles, historiens, directeurs de musées, & plus ! »
    https://twitter.com/CIA/status/1034866941587087360

    Et plus ? Les conspirationnistes vont encore s'en donner à cœur joie avec leurs spéculations délirantes...


    3 commentaires
  • Le président Donald Trump et Rudolph Giuliani, maire de New York au moment du 11 septembre 2001 :


    2 commentaires
  • Traduction de l'article du journaliste Yasha Levine (suivi de son 1er appendice), auteur de Surveillance Valley, révélant que le projet Tor, qui est présenté comme un moyen permettant de garantir l'anonymat sur le net, est financé par l'agence gouvernementale BBG (Brodcasting Board of Governors, un paravent de la CIA) et coopère avec les agences de renseignement américaines. Il était bien connu que le projet Tor avait été financé à l'origine par l'U.S. Navy (et était donc un projet du DARPA, le département de R&D de l'armée américaine — voir à ce sujet l'article fascinant de Nafeez Ahmed, Comment la CIA créa Google [traduction française / v.o. en anglais]). Les recherches de Levine dévoilent comment la direction de Tor collabore activement avec les diverses branches du gouvernement américain.

    ➤ Les liens entre Tor et le gouvernement américain

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Lorsque vous étiez en présence de Cohn, vous saviez que vous étiez en présence du mal à l'état pur.
    ~ Victor A. Kovner, avocat, qui a connu Cohn pendant des années.

    Roy Cohn Donald Trump
    Roy Cohn et Donald Trump, lors de l'inauguration
    de la tour Trump en 1983

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Traduction des chapitres 2, 9 et 10 de Stripping the Gurus, par Geoffrey D. Falk. L’auteur aborde ici les cas de Ramakrishna, le premier gourou connu des occidentaux, de Ram Dass, alias Richard Alpert, impliqué dans le programme MK ULTRA avant de connaître son « éveil spirituel » (et donc probablement le plus pernicieux des gourous évoqués ici, malgré la surprenante bienveillance de l'auteur à son égard. Voir à ce sujet l’article L’histoire secrète de la spiritualité psychédélique), et de Satya Sai Baba, mélange de bonimenteur, de joueur de bonneteau et de prédateur sexuel.

    Ramakrishna
    Ramakrishna

    Lire la suite...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires